Les tribulations d'Anaïs

Avec des vrais morceaux de moi dedans

22 mars 2015

Bolivie, suite et fin!

Un nouveau message sur le blog, vous ne vous y attendiez plus! Oui, honte intersidérale sur moi pour n’avoir même pas fini le récit de mon séjour en Bolivie et n’avoir pas posté d’articles depuis 4 mois.

Je dois avouer que je prenais des notes religieusement pendant tout le voyage en Bolivie quasiment chaque soir jusqu’à l’ascension du Huayna Potosi et après plus rien. Si on ajoute à cela les tonnes de photos que j’ai prises et que je dois donc trier pour sélectionner les plus intéressantes pour poster sur ce blog, vous comprenez peut-être un peu mieux le temps que me prends la rédaction de ce récit de voyage.

Bref, trêve d’explication voilà donc la fin de mon voyage en Bolivie!

Donc après une bonne nuit de sommeil à Copacabana, nous prenons un bon petit-déjeuner et partons visiter cette ville et admirer le lac Titicaca. C’est une ville sympa, très touristique par rapport à ce que nous avons vu précédemment et avec plein de hippies occidentaux qui fabriquent et vendent des bracelets, et passent beaucoup de temps dans les restos et bars en face du lac. Pas forcément très réjouissant et un peu inquiétant, espérons que le reste de la Bolivie ne se mette pas à ressembler à Copacabana.  Ce jour-là, beaucoup de monde au bord du lac, des familles qui font des barbecues au bord du lac, font du pédalo, du kayak… Nous décidons d’en faire de même et pagayons gaiement sur le lac sous un joli soleil.

DSC_0380

IMG_4323

IMG_4328

IMG_4339

Nous visitons l’église, dégustons une glace sur la  place du village, jouons au baby-foot...

IMG_4324

DSC_0409 (2)

Le lendemain nous voulons visiter les îles flottantes et avons repéré dans le guide un village traditionnel qu’il est possible de visiter. La ville est bien plus calme que la veille, ce n’est plus le weekend et surtout il y a une grève à la Paz et les routes sont bloquées donc plus de bus qui n’arrivent ou ne repartent de Copacabana. Nous nous embrouillons un peu dans les explications du guide et arrivons à la frontière avec le Pérou, nous décidons d’en profiter pour marcher et revenons sur nos pas pour espérer trouver ces îles flottantes.

DSC_0414 (2)De l'autre côté des cones, le Pérou

La marche est plus longue que nous pensions mais il fait beau et nous admirons les paysages. Nous ne croisons personne et très peu de véhicules.

DSC_0417 (2)

DSC_0418

Enfin nous trouvons le chemin pour les îles, nous nous y engageons. Là encore c’est désert, personne à l’horizon. Nous arrivons dans un petit village, l’office de tourisme est fermé. Nous continuons quand même et puis apercevons de loin un chien qui n’a pas l’air sympa. Au moment où nous nous apprêtons à faire demi-tour, miracle un homme sort de nulle part, vient à notre rencontre. C’est le guide !  Il nous emmène donc voir les fameuses îles, un moment très sympa. Lorsque la visite est finie, nous lui tendons un billet mais il nous indique que c'est trop et n'en accepte que la moitié. Décidemment la Bolivie n'en finit plus de nous étonner.

IMG_4349

DSC_0425 (2)

DSC_0426

DSC_0431 (2)

DSC_0433

DSC_0434 (2)

DSC_0436 (2)

DSC_0437Le village a créé une coopérative pour protéger l'environnement et notamment ces grenouilles

DSC_0438 (2)Puis lorsque nous repartons nous croisons plein d'écoliers car c'est la sortie des classes. Nous sympathisons avec certains d'entre eux, un chouette moment!

DSC_0442 (2)

DSC_0443 (2)

 

DSC_0449

IMG_4391

IMG_4393

IMG_4403

IMG_4411

Puis nous visitons la Isla del sol. Notre seul regret, ne pas avoir eu assez de temps pour y passer la nuit tellement cette ile est magnifique.

DSC_0451

DSC_0462 (2)

DSC_0464 (2)

DSC_0466

DSC_0473 (2)

DSC_0474Enfant du Soleil,
Tu parcours la Terre, le Ciel,
Cherches ton chemin,
C'est ta vie, c'est ton destin.

DSC_0477 (2)

DSC_0478

DSC_0486 (2)

DSC_0488 (2)

DSC_0490

DSC_0492

DSC_0494

DSC_0498 (2)

DSC_0499 (2)

DSC_0503

DSC_0504 (2)

DSC_0506 (2)

DSC_0518 (2)

DSC_0521 (2)

IMG_4508

IMG_4513

IMG_4520

IMG_4521

IMG_4543

IMG_4556

Ensuite c'est déjà l'heure de quitter la Bolivie et de nous rendre à la Paz pour prendre notre avion. Enfin si on y arrive, la grève a toujours lieu et les bus n'arrivent toujours pas jusqu'à Copacabana. Petit tour en ville pour se renseigner et personne ne sait s'il va y avoir des départs de bus demain. Des américaines à la table à côté au resto racontent leurs mésaventures pour repousser leurs billets d'avion et le prix qu'elles ont dû payer. Quelqu'un nous indique que des taxis vont peut-être partir demain matin très tôt (vers 4h00 du mat) pour tenter d'éviter les blocages. Nous décidons de tenter le coup.

Après une nuit très courte, il est 4h30, un gars de l'hotel nous accompagne pour nous aider à porter nos sac, sympa! Arrivés sur la place effectivement un taxi se prépare, nous embarquons. Nous ne sommes pas les seules et nous devons nous tasser un peu. Nous sommes sur un strapontin, certains passagers sont debout, la tête courbée dans des positions très inconfortables mais il s'avèrera qu'il ne vont pas jusqu'à la Paz.

Arrivés aux barges en bois, le chauffeur fait un appel de phares, des hommes sortent dans la pénombre. Une négociation a lieu, visiblement infructueuse puisque la barge part sans nous. Le chauffeur tente de négocier avec d'autres personnes, Marianne et moi trouvons ça très excitant, cette impression de clandestinité dans la nuit encore noire et silencieuse. Puis nous pouvons enfin embarquer. Le reste du trajet se passe sans encombre jusqu'à la Paz, là il y a plein de monde un peu d'agitation. Des barrages au loin, le chauffeur prend des petites rues pour les éviter.

Puis soudainement il s'arrête, confirme avec nous que nous allons à l'aéroport et nous indique de descendre que c'est le plus pratique pour nous, que nous pouvons tenter de prendre un taxi de ville. On ne comprend pas trop ce qui arrive et on se retrouve avec nos sacs au bord de la route sans savoir où nous sommes. Nous commençons à marcher en direction de la foule pour tenter de trouver un taxi.  Nous ressentons un peu de tension et prenons une rue moins fréquentée. Nous y trouvons un taxi, il se met en direction de l'aéroport et roule au milieu de la foule. Puis il finit par s'arrêter et nous indique qu'il ne peut pas aller plus loin, que nous devons finir à pieds en nous indiquant la direction de l'aéroport.

Nous n'avons pas envie de nous attarder au milieu de la foule, alors nous marchons dans la direction indiquée. Nous nous retrouvons face à une sorte d'autoroute. Si le chauffeur de taxi a raison, il faut la traverser. Peu de voitures, et des gens qui marchent sur l'autoroute, la traversent. Nous le faisons donc après avoir enjambé les rambardes de sécurité. Puis nous demandons notre chemin à un policier, nous ne sommes qu'à quelques blocks de l'aéroport apparemment.
Au bout de 10 minutes, nous apercevons effectivement l'aéroport et rigolons d'y arriver à pieds. Quelques heures d'attente dans l'aéroport, à voir arriver des touristes blêmes à cause de l'altitude et à se dire que nous sommes maintenant complètement habituées après 3 semaines et que nous allons être en forme en rentrant en Europe. Puis nous embarquons, direction le Chili pour quelques jours.

 

 

 

Posté par yucata à 21:38 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Les îles flottantes!!! Je vous imaginais en train de barboter dans la crème anglaise accrochées à des blancs en neige!

    Posté par 100drine, 22 mars 2015 à 23:36
  • Hahaha j'ai pensé comme Sandrine !
    Contente de voir la suite des aventures =)

    Posté par Fanny, 23 mars 2015 à 20:09

Poster un commentaire