Les tribulations d'Anaïs

Avec des vrais morceaux de moi dedans

26 juillet 2014

Etape 2: c'est haut mais c'est beau

Après 4 heures de vol (dont une étape à Iquique au nord du Chili avec sortie de l'avion, passage à la police pour un petit coup de tampon et retour dans le même avion) nous arrivons à la Paz un peu en avance, lorsque nous sortons de l'avion et commençons à faire la queue à l'immigration il nous reste tout juste 2 heures avant notre prochain avion. L'aéroport de la Paz culmine à plus de 4000 mètres d'altitude (4061 exactement) nous savions qu'arriver à cette altitude soudainement pouvait être difficile. Effectivement nous en ressentons les effets et une passagère s'évanouit derrière nous. En quelques minutes un secouriste arrive nonchalamment avec une bouteille d'oxygène. Il n'est pas du tout impressionné, contrairement à nous les passagers, c'est la routine pour lui. Nous obtenons nos visas et récupérons nos sacs au ralenti. Ensuite ré-enregistrement pour notre prochain vol puis nous avons le temps de faire une petite pause pour siroter un jus d'orange pour se requinquer un peu. En quelques clics Marianne réserve une chambre d'hotel histoire que nous ayons un endroit où dormir ce soir.

IMG_2961La Paz, c'est haut mais c'est beau*

Et nous voilà dans l'avion pour 27 minutes de vol, nous arrivons à Cochabamba et nous félicitons de notre itinéraire qui nous permet de redescendre à 2500 mètres d'altitude, nous nous sentons effectivement bien mieux qu'à La Paz. Nous découvrons alors notre chambre d'hôtel qui est en fait un grand appartement avec 2 chambres avec chacune un lit double. Le tout pour 25 euros.

DSC_0102

DSC_0106

Nous confirmons les derniers détails avec l'agence qui doit nous prendre le lendemain pour un séjour dans le parc Torotoro. Puis nous sortons pour manger et trouvons un restaurant "au kilo", c'est un self-service et le prix dépend du poids de notre assiette. Nous nous confectionons de jolies assiettes et payons le tout 40 bolivianos, c'est-à-dire 4 euros; ça se confirme le coût de la vie est incroyablement bas. C'est aussi l'occasion de découvrir un nouveau légume: comate une genre de patate douce mais au goût un peu différent, j'adore! Une première journée en Bolivie qui se passe donc plutôt bien. 

Pour en revenir à l'altitude l'effet est assez fort, comme lorsque l'on vient de donner son sang ou lorsqu'on finit un effort sportif important. On est essouflé et on sent son sang taper dans les tempes. Lors de l'enregistrement Marianne me paraissait un peu blanche alors je lui demande si tout va bien. Elle me répond oui et me demande "pourquoi je suis blanche? j'ai pas l'air bien?". Ne voulant pas l'inquiéter je lui dis que non, elle n'est pas blanche, tout va bien. Une fois arrivées à Cochabamba je finis par lui dire qu'elle était assez palotte mais que je ne voulais pas l'inquiéter et elle me dit qu'elle a fait la même chose avec moi car j'étais moi aussi très blanche. Il fallait nous voir marcher très lentement dans l'aéroport, certains n'en auraient pas cru leurs yeux de nous voir aussi calmes.

*

 

Posté par yucata à 23:47 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    J'aime bien le coup de "non, non t'es pas blanche" "toi non plus" !
    Impressionnant cet effet d'altitude!

    Posté par 100drine, 27 juillet 2014 à 14:09

Poster un commentaire